Le remplacement d’un pharmacien : règles et usages

Renouvellement du bail commercial

Pratique courante dans le secteur de la santé, le remplacement d’un pharmacien permet aux pharmaciens titulaires de s’absenter pour diverses raisons (congés, maladie, formation, etc.). Cette procédure requiert néanmoins des connaissances spécifiques et l’accomplissement de certaines démarches. Dans cet article, nous allons aborder les aspects essentiels du remplacement d’un pharmacien, en passant par les diplômes et le profil requis pour exercer cette activité, les formalités à respecter, ainsi que la durée du certificat de remplacement.

Les diplômes et le profil d’un pharmacien remplaçant

Pour pouvoir exercer en tant que pharmacien remplaçant, voici les diplômes essentiels exigés :

      • Le diplôme d’État de docteur en pharmacie : c’est la condition sine qua non pour remplacer un pharmacien titulaire.

      • Une inscription à l’Ordre national des pharmaciens, qui atteste de l’aptitude professionnelle et assure le respect des obligations déontologiques.

    En plus de ces diplômes, un profil bien particulier est recherché pour assurer le bon fonctionnement de la pharmacie durant l’absence du titulaire. Voici quelques qualités généralement appréciées chez un bon candidat remplaçant :

        • La rigueur et l’organisation : le remplaçant doit être capable de s’adapter rapidement à une nouvelle pharmacie et de suivre les procédures mises en place par le titulaire (ex : port d’une blouse médicale par les pharmaciens et les préparateurs de l’officine).

        • L’autonomie dans le travail : bien qu’un certain accompagnement puisse être assuré par le personnel en place, il n’en demeure pas moins que le remplaçant se retrouve souvent seul pour gérer certaines situations. Il doit donc être prêt à prendre des initiatives et à faire face aux imprévus.

      « Je me suis rendu compte que j’avais pris de l’âge le jour ou j’ai constaté que je passais plus de temps à bavarder avec les pharmaciens qu’avec les patrons de bistrot. »

      Michel Audiard (dialoguiste, France)

      Les formalités pour opérer le remplacement d’un pharmacien

      Un pharmacien titulaire souhaitant faire appel à un remplaçant doit tout d’abord s’assurer que ce dernier remplit bien les conditions relatives aux diplômes et qualifications nécessaires.

      Ensuite, le remplacement fait l’objet d’une déclaration auprès du Conseil régional de l’Ordre des pharmaciens dont relève la pharmacie concernée, au moins 15 jours avant le début du remplacement. Cette déclaration doit être accompagnée du projet de contrat de remplacement ainsi que de différentes pièces justificatives. Parmi ces dernières figurent notamment :

         

          • Une photocopie recto-verso de la carte nationale d’identité du pharmacien remplaçant.

          • Une copie du diplôme de docteur en pharmacie du remplaçant.

          • Une attestation d’inscription à l’Ordre des pharmaciens pour le remplaçant.

        C’est au Conseil régional de se prononcer sur la validité du remplacement. Si celui-ci est approuvé, il délivre alors un certificat de remplacement qui doit être affiché dans la pharmacie durant toute la durée du remplacement.

        La durée d’un an du certificat de remplacement

        Le certificat de remplacement est valable pendant une période maximale d’un an. Cela signifie que le remplaçant ne peut exercer au-delà de cette limite sans avoir effectué au préalable un renouvellement de son inscription à l’Ordre des pharmaciens. Pour cela, il doit adresser une nouvelle demande au Conseil régional compétent, accompagnée des pièces justificatives nécessaires (diplômes, documents d’identité, attestation d’inscription à l’Ordre, etc.).

        Les conditions spécifiques de durée pour certains cas de remplacement

        Dans certains cas, la durée maximale autorisée pour un remplacement peut être inférieure à un an :

           

            • Le remplacement d’un biologiste médical, dont la durée maximale est fixée à six mois.

            • Le remplacement en cas d’absence pour congé maternité de la titulaire, dans la limite de quatre mois (ou de six mois en cas de grossesse multiple).

            • Le remplacement lié à un stage de formation continue d’une durée maximale de trois mois.

          Le pharmacien titulaire ne peut pas être remplacé pendant une durée cumulée de plus de douze mois sur une période de deux ans.

          Les obligations des pharmaciens titulaires et remplaçants lors du remplacement

          Lorsqu’un remplacement a lieu, il implique certaines responsabilités pour les parties concernées :

             

              • Le pharmacien titulaire doit s’assurer que le contrat de remplacement est en ordre, fournir au remplaçant les informations nécessaires pour le bon fonctionnement de la pharmacie et afficher le certificat de remplacement délivré par l’Ordre des pharmaciens.

              • Le remplaçant doit exercer son activité dans le respect des règles applicable à sa profession ainsi qu’à celles propres à la pharmacie où il intervient. Il ne peut remplacer qu’un seul titulaire à la fois pour une même période, ceci pour éviter tout risque de confusion ou de conflit d’intérêt.

            Le remplacement pharmacien constitue une pratique encadrée qui répond à des besoins spécifiques et qui requiert des connaissances particulières tant au niveau des diplômes et qualifications exigées que des formalités administratives à accomplir. Il convient donc aux pharmaciens titulaires et remplaçants de bien se renseigner avant d’entamer ce processus.